Communiqué No TAV : Liberté pour les arreté.e.s No TAV !

defLa marche nocture de vendredi 19 juillet  2013 au chantier de la TAV [voir le direct] en Val Clarea a regroupé 500 personnes. Les charges policières ont provoqué 9 arrestations et de très nombreux blessés NoTav.

 Le comportement de la police italienne hier soir n’était autre que violence pré-annoncée. A peine la marche Notav a-t-elle quitté Giaglione que déjà la préfecture publiait des communiqués délirants au sujet de l’épouvantail black block infiltré dans le rang des valsusins.

Violence pré-ordonnée donc, lorsque la police charge à froid les NoTav encore loin des barbelés. Lorsqu’elle le fait le long des sentiers sinueux et dangereux où les personnes tombent, sont piétinées, matraquées. Lorsqu’elle les poursuit même dans la forêt, déjà intoxiquée par les gaz lacrymogène illégalement tirés par ces mêmes policiers. A signaler, la présence des deux serfs de la préfecture qui ont l’obsession du NoTav, les  procureurs Padalino et Rinaudo. Etaient-ils là par hasard ou sont-ils venus pour les arrestations prévues d’avance?

Il y a beaucoup de personnes âgées parmi les 500 manifestants, ce sont les premiers à ne pas arriver à s’échapper. Des groupes de plus jeunes tentent de s’interposer : parmi eux les 7 personnes arrêtés, dont le préfecture de Turin à travers la plume du vindicatif Petronzi se vante tant.

Ennio, Luke, Matthias, Piero, Marcello, Gabriele et Alberto sont les sept arrêtés de cette nuit de violence, nuit durant laquelle le mouvement NoTav a démontré une fois de plus ce que signifie lutter et résister ensemble, même dans les moments difficiles.

La présence policière  à l’intérieur du chantier est celle des grandes occasions, très nombreux sont les moyens et les hommes a disposition des exaltés de la préfecture. Ils sortent de leur cage et leur intention est claire : ils veulent se défouler et faire mal.

On ne peut nier leur succès, aujourd’hui nous comptons 63 blessés dans notre camps, en excluant simples contusions et intoxications qui désormais sont indénombrables.

Samedi  à 15.00 au presidio international de Susa le Mouvement NoTav a dénoncé avec force la nuit du vendredi soir lors d’une conférence presse.

Parole de rage envers qui s’est taché des méfaits les plus infamants, comme dans le cas de Marta, camarade de Pise, libérée ce matin, qui lors de son arrestation en même temps que les autres, alors qu’elle était passer à tabac, a subi des actes harcèlement sexuel de la part des policiers. Il y aussi le cas de Mattia, 17 ans, tabassé pendant deux heures par la police et libéré cette après-midi. Mattia et Marta sont inculpés mais ne sont pas enfermés.

Nous sommes en train de recueillir témoignages de cette nuit, mais il est avant tout important de souligner que le mouvement a prouvé une fois de plus comment , même dans les situations difficiles, il sait créer une force unique et compact en capacité de résister et même de contre-attaquer.

La préfecture s’est donc défoulée, et nous, conscient d’avoir à nouveau vu le vrai visage du pouvoir, ou mieux de ceux qui le servent, nous serons les coudes autour des arrêtés et relançons toutes les initiatives prévues et qui déjà depuis ce soir animerons l’été en Val Susa.

La lutte NoTav ne s’arrête pas !

Liberté pour tou(te)s !

Communiqué publié sur Notav.info et traduit par No TAV Paris, samedi 20 juillet

This entry was posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin, Répression and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.