Procès pour entartage anti-TGV : appel à la solidarité

Bonjour ! Le dossier “APPEL À LA SOLIDARITÉ : DES PEINES DE 4 A 9 ANNÉES DE PRISON POUR UN ENTARTAGE A LA CRÊME CONTRE LE TGV ?” que vous trouverez ci-dessous, a pour but de lancer una campagne informative de solidarité aussi bien en Euskal Herria (Pays Basque) et au niveau international avec les quatre membres du mouvement de désobéissance au TGV Mugitu ! accusés devant l’Audience Nationale de Madrid (tribunal d’exception) suite à l’entartage de la présidente navarraise Yolanda Barcina le 27 octobre 2011 à Toulouse. Nous faisons ainsi un appel à la solidarité face à ce nouveau cas de criminalisation de la lutte contre le TGV et de la désobéissance comme forme de lutte sociale, en dénonçant notamment par rapport à ce procès :

1. Ce qui n’est qu’une action comique de protestation et n’entraîne presque aucune conséquence légale dans la plupart des pays occidentaux, est au contraire dans l’Etat espagnol l’objet d’une criminalisation et d’une poursuite pénale écrasante, avec des demandes du procureur allant de 4 à 9 années de prison. 2. La vengeance politique du Gouvernement de Navarre qui recherche une punition exemplaire et vindicative à l’Audience Nationale de Madrid, tribunal d’exception hérité du franquisme devenu actuellement l’organe de répression le plus feroce de la dissidence dans l’Etat espagnol. 3. La collaboration judiciaire-policière des autorités françaises en laissant paralysées les diligences qui avaient été ouvertes au début à Toulouse, où cette action d’entartage anti-TGV n’aurait été l’objet que d’un Jugement de Contravention ; cette démarche a permis l’inculpation et la brutale poursuite pénale de ces quatre personnes à l’Audience Nationale espagnole.

Nous remercions votre attention et nous vous demandons de diffuser ce dossier, que l’on vous envoie en français ainsi qu’en englais , espagnol et langue basque.

Merci beaucoup. Pour contact : mugituaht@gmail.com. Plus d’informations sur l’entartage sur le site Mugitu! AHT Gelditzeko.

Publié sur Indymedia Paris le 11 janvier 2013.

Quatre à neuf ans de prison pour un entartage?

C’est la peine requise contre quatre opposants à la ligne à grande vitesse, une de plus de celles qui visent à transformer les Pyrénées en gruyère… Car il n’y a pas que les Alpes qui sont menacée par les Grands projets inutiles (et la Cour des comptes elle-même vient de dénoncer le coût et l’opacité du projet Lyon-Turin), il y a aussi le pays basque: le 27 octobre 2011, des joyeux drilles (groupe basque M!M et militants du mouvement occitan Libertat) sont venus dire de réjouissante manière à Mme Yolande Barcina, présidente de la Communauté de Navarre leur opposition au projet de TGV. Ils sont pour cela traduits devant l’Audience nationale, le sinistre tribunal répressif que les Basques connaissent bien, et Aurore Martin, ressortissante française livrée par Valls mieux que personne (cette affaire, invraisemblable scandale, n’a pas soulevé beaucoup d’émotion et on s’en veut ici d’ailleurs de ne pas lui avoir consacré de message, on y reviendra).
Le procureur réclame contre les quatre de 4 à 9 ans de prison pour « attentat contre l’autorité ». On trouve un dossier complet sur l’affaire et sur l’opposition à la ligne basque sur le site Mugitu.
Et pour les dernières nouvelles du front de la guérilla pâtissière, n’oubliez pas le site de Noël gloup gloup Godin.

Publié le 7 novembre 2012 sur Les contrées magnifiques.

This entry was posted in Pays Basque - Euskal Herria, Répression and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to Procès pour entartage anti-TGV : appel à la solidarité

  1. Pingback: Appel à la solidarité ! Des camarades opposés à la LGV Y Basque risquent des peines de 4 à 9 années de prison pour un entartage à la crème ! | blog du collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.