Expulsion de la Clarea, un camarade gravement blessé [en direct]

[dernière mise à jour 18h44]

L’expulsion et la destruction de la Clarea (le camp de résistance au chantier) ont commencé ce matin. Luca Abbà, résistant No-Tav, est monté sur un pylône électrique pour essayer de ralentir l’opération industrialo-militaire. Un flic a tenté de le faire descendre, manœuvre totalement assassine, sans filet ni outil de protection. Luca, après avoir annoncé qu’il ne se rendrait pas, aurait grimpé un peu plus haut et a pris une forte décharge électrique, faisant une chute de plusieurs mètres. La responsabilité des forces de l’ordre est irréfutable. Flics assassins.

De retour de la manif, samedi 25, les flics ont chargé très violemment les manifestants turinois dans la gare de Porta Nuova. Vidéo.

Radio Blackout suit en direct les événements en cours (en italien).

Luca, en direct sur Radio Blackout peu avant sa chute (vers 8h ce matin)
L’interview en italien sur Radio Blackout

[…] Je viens d’arriver à l’instant. Il y a un déploiement de flics énorme. Une vingtaine de personnes se sont fait arrêtés. J’ai grimpé sur un pylône électrique. Maintenant les flics essaient de monter pour venir me chercher. J’ai réussi à m’enfuir et à grimper. Ils sont en train de s’organiser pour monter avec des cordes. On cherche à les ralentir.
Aux flics : « Je suis prêt à m’accrocher aux câbles électriques si vous n’arrêtez pas !
La situation est tranquille, il n’y a pas trop de tension, mais beaucoup de flics. Je suis là, j’ai réussi à les berner, devant leurs yeux.
_ Radio Blackout : Des camarades nous ont dit que, d’après les flics, ils veulent prendre possession et mettre des barbelés non seulement autour de la Baïta, mais aussi des terrains aux alentours. Jusqu’à hiern, on ne connaissait pas les limites qu’ils avaient décidé.
_ Luca : Je ne peux pas répondre, je viens d’arriver. Je suis à 10m de haut, juste sous les fils électriques. Il y a des carabiniers alpins qui préparent des cordes. On va voir combien de temps je pourrais résister. J’essaierai de rester ici aussi longtemps que je pourrais. J’invite tout le monde à venir faire pression ici. La situation est encore gérable. S’il y avait des dizaines de personnes en plus, ce serait pas mal.
_ Radio Blackout : Mais il est où le pylône ?
_ Luca : En face de la Baïta, sur le sentier qui va à Vasche, à 30m de la Baïta.
_ Et quel sentier doit-on prendre pour arriver là ?
_ J’ai pris mon propre sentier, mais la montagne est grande, l’espace est sans limite. Je vous laisse, y a un carabinier alpin qui essaie de monter. Je dois me défendre.
_ Fais gaffe à toi !

 

En direct :

11h. Appel à une grève générale de 24h de la part du CUB Turin (Confédération Unitaire de Base) et de la Confédération des Travailleurs de Base COBAS de la basse vallée de Suse.

11h. Les lycéens de Oulx interrompent les cours et bloquent la station ferroviaire.

11h30. Les No-Tav rassemblés à Bussoleno ont bloqué l’autoroute et la route nationale SS25

12h. D’après les médecins et les camarades à l’hôpital, Luca risque de mourir. Il est actuellement en coma artificiel.

12h15. Les camarades ont également bloqué la deuxième route nationale de la vallée, la SS24. Les flics sont en train de passer par Sestrières.

12h30. Confirmation de la présence d’une quinzaine de No-Tav qui résistent encore à la Clarea.

14h35. Plusieurs témoins ont vu des convois militaires et des blindés partir de Turin.

15h37. Les quinze camarades arrêtés ont été relaĉhés par la police et ont rejoint Giaglione. Ils confirment que la Baïta n’a pas encore été détruite : elle est encerclée de barbelés.
Un camarade raconte sur Radio Blackout cette journée très difficile. Les policiers se foutaient de leur gueule pendant que le camarade gisait au sol. L’ambulance a mis 50 minutes à arriver.
Ils se sont également moqués d’un camarade en fauteuil roulant qu’on a dû transporter dans nos bras.
Sur la route des gorges, il y a trois nouveaux barrages.
Les troupes bivouaquent en Val Clarea.

18h. La gare centrale de Rome, Termini, est bloquée.

Rendez-vous :

11.30 Bussoleno – Concentramento alla rotonda Vernetto prima dell’ingresso a Bussoleno

13.00 Torino – Presidio davanti alla prefettura in piazza Castello

15.30 Torino – Presidio davanti al municipio in piazza Palazzo di Città

14.30 Milano – Appuntamento presso l’università Statale

15.00 Roma – Concentramento all’università La Sapienza (facoltà di fisica)

16.30 Napoli – Presidio in piazza Trento e Trieste

17.00 Torino – Presidio davanti alla sede RAI di via Verdi

17.00 Roma – Presidio in piazzale Tiburtino

17.00 Viareggio – Presidio alla stazione ferroviaria

17.00 Rho – Concentramento al Centro Sociale Fornace

17.00 Monza – Concentramento al FOA Boccaccio

17.30 Parma – Presidio davanti alla Prefettura

17.30 Firenze – Presidio davanti alla Prefettura

17.30 La Spezia – Presidio in corso Cavour angolo via Rattazzi

17.30 Saronno – Presidio davanti alla stazione ferroviaria

18.00 Bussoleno – Fiaccolata con concentramento in piazza del Mercato

18.00 Chivasso – Presidio in via Torino

18.00 Milano – Presidio in piazza San Babila

18.00 Vicenza – Presidio in piazza Castello

18.00 Asti – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 Bologna – Presidio in piazza Nettuno

18.00 Brescia – Presidio in piazza della Loggia

18.00 Campobasso – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 Lodi – Presidio alla stazione ferroviaria

18.00 Reggio Emilia – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 L’Aquila – Presidio in piazza Regina Margherita

18.00 Palermo – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 Cosenza – Presidio in piazza XI Settembre

18.00 Cagliari – Presidio in piazza Costituzione

18.00 Savona – Presidio volante con concentramento in Piazza Sisto IV

18.00 Genova – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 Trieste – Presidio in via Valdrivio n° 30

18.00 Novara – Presidio in piazza Cavour

18.00 Padova – Presidio alla stazione ferroviaria

18.00 Benevento – Presidio davanti alla Prefettura

18.00 Cremona – Presidio in piazza Roma

18.00 Treviso – Presidio in piazza Aldo Moro

18.00 Crema – Presidio in piazza Duomo

18.00 Pisa – Presidio in piazza Logge dei Banchi

18.00 Mantova – Presidio davanti alla prefettura

18.00 Modena – Presidio in piazza Torre

18.00 Nuoro – Presidio in piazza Sardegna (Quadrivio)

18.30 Latina – Presidio ai giardini pubblici

18.30 Reggio Calabria – Presidio davanti alla Prefettura

18.30 Alba – Presidio in piazza del Duomo

18.30 Imperia – Presidio in piazza San Giovanni

19.00 Napoli – Presidio in stazione Centrale

19.00 Perugia – Presidio in piazza IV Novembre

19.00 Trento – Concentramento solidale in piazza del Duomo

19.00 Bergamo – Presidio davanti al municipio

19:00 Salerno – Stazione Centrale

 

Sources : Annares-info, Radio Blackout, Inform-azione,

 

This entry was posted in Actions de solidarité, En Italie - Val de Suse & Turin, Répression and tagged , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to Expulsion de la Clarea, un camarade gravement blessé [en direct]

  1. tt says:

    Après l’énorme manif du samedi 25 fevrier (70000 personnes) est commence l’expulsion d’une autre zone de resistance au chantier dans la vallé de Susa.

    Ce matin 27 fevrier à 8:30 gros blitz de le force de l’ordre a {la baita} de la Clarea, dernier rempart de la resistance No Tav. {La baita Clarea} est une petit maison construit par le mouvement No tav sur le terrain interessé par le tunnel de la ligne Tav. Cet terrain à èté achetez en decembre 2010 par le No Tav au but de entraver le processus de construction du tunnel.

    Le blitz de ce matin avvais le but de faciliter l’enlargissement du chantier et l’arrive de machine pour lcommencer le travaux. Le nombre impressionnant de police et militaire utilisé pour l’operation montre bien la volonté de gouvernement italien de frapper fort sur le mouvement notav et de voloir continuer ce monstrueuse projet tout en ignorant la voix d’une mouvement toujours plus grand que depuis 20 ans se batte pour montre l’absurdité de ce projet.

    Pandant le blitz Luca Abbà, exponent trés connu du mouvement No tav, est resté gravement blessés. Avec des autres camarades se trouvé au moment de blitz dans la zone de la baita, ce qu’été son droit autant que co-proprietaire de terraine. Pour fuir a la police est monté sur un pylon electrique, suivi par deux policier, est enfin tombé foudroyé. Se condition de santè sont grave et il y a eu de polemique sur un retard dans le secours.

    La vie de Luca est en danger et la responsabilité est
    exclusivement de ceux qui ont ordonné et exécuté le blitz, du
    Gouvernement, du chef de la police Manganelli, des policier et militaire qui sont les executeures de la repression contre les gens et les activistes de la vallé de Susa.

    De mobilitation de solidarité et soutien on eu lieu dans plusieurs ville italienne.

    Forza Luca tout le mouvement est avec toi
    Resistance! No tav toujours et partout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.