26 janvier, rafles chez les No-Tav

No-Tav : 32 arrestations ce matin

Opération répressive de la police italienne en raison, officiellement, de la bataille du 3 juillet à la Maddalena. Les opposants au train haut vitesse ont vu débarquer la police en force ce matin à l’aube dans des différentes villes d’Italie, d’après la presse bourgeoise une arrestation aurait aussi eu lieu en France.

Pas mal d’arrestations parmi les membres des comités populaires de la vallée et de Askatasuna. La police a aussi fait des descentes dans trois centri sociali de la botte.

Mise à jour dès que l’on a davantage d’informations…

Le Réveil, 26 janvier 2012.


TGV Lyon-Turin. Une quarantaine d’arrestations après les heurts du 3 juillet

Une quarantaine de personnes ont été arrêtées ce matin, dont 26 ont été incarcérées, à la suite d’une enquête de la justice italienne sur les violents heurts qui se sont produits le 3 juillet dernier sur le chantier du tunnel du TGV Lyon-Turin dans le Val de Suse, au nord de l’Italie. Une ligne qui ramènerait le trajet Paris-Milan à 4 heures. Une ligne que dénoncent avec force les habitants du Val de Suse. Début des travaux de percement du tunnel en 2013.

Plus de 200 policiers ont participé à cette opération qui s’est déroulée dans une quinzaine de provinces italiennes, du nord au sud du pays, visant des milieux d’extrême-gauche opposés à la construction de cette ligne à grande vitesse entre l’Italie et la France.

Vingt-six personnes ont été arrêtées et seize autres assignées à résidence pour résistance à un officier public, violences, lésions et dommages, selon le Corriere della Sera.

Ce jour-là, le 3 juillet, des échauffourées, très dures, s’étaient déroulées pendant deux heures. Cocktails Molotov, pierres, bouteilles remplies d’ammoniaque avaient été lancées sur les forces de l’ordre qui répliquaient avec des grenades lacrymogènes, parfois tirées à hauteur d’homme. Le bilan avait été à la hauteur des heurts : Au moins 188 policiers et carabiniers et une quinzaine de manifestants avaient été blessés. Avant que les manifestants les plus déterminés ne se dispersent…

Leur presse (LeTelegramme.com), 26 janvier 2012.

This entry was posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin, Répression. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.