Appel à dons pour Chiara, Claudio, Niccolò et Mattia opposants No TAV inculpés en procès antiterroriste à partir du 22 mai 2014

Dans la nuit du 13 au 14 mai 2013, un groupe d’une trentaine de militants No TAV s’introduit sur le chantier du tunnel exploratoire de Chiomonte, en Val di Susa, afin de saboter les machines présentes sur le site, dans l’optique de bloquer ou du moins de ralentir les travaux. Le groupe de militants cisaille les barbelés et les grilles pour pénétrer sur le chantier, une partie d’entre eux s’occupe alors de tenir à distance les forces de l’ordre présentes en permanence dans la zone, pendant qu’une autre partie du groupe incendie un compresseur et un générateur électrique. Lors de cette action de sabotage, des cocktails molotov sont utilisés, et en dépit des dégâts matériels causés, on ne compte aucun blessé.

Quelques mois plus tard, le 9 décembre, Chiara Zenobi, Claudio Alberto, Niccolò Blasi et Mattia Zanotti, sont tous les quatre arrêtés dans le cadre d’une enquête antiterroriste menée au sujet de cette attaque. Ils sont respectivement âgés de 41, 23, 24 et 29 ans. Les trois premiers vivent alors à Turin, et le dernier à Milan. Les chefs d’inculpations sont très lourds : attentat à visée terroriste et acte de terrorisme avec utilisation d’engins de destruction ou explosifs, en plus d’être accusés de dégradation par incendie, violence contre des agents de la force publique, possession et transport d’armes de guerre. Ici, l’accusation de terrorisme n’est évidemment pas mobilisée par l’État italien afin de juger des personnes ayant commis un acte illégal, mais bien afin de supprimer définitivement, « par l’intimidation ou la terreur », le mouvement populaire d’opposition au TAV.

Le lendemain de cette attaque, le mouvement No TAV dans son ensemble la revendique publiquement et affirme le recours au sabotage comme moyen légitime de la lutte. Il apparaît évident aux yeux de tout le mouvement que l’objectif de cette attaque a été de saboter les machines et de ralentir l’avancée des travaux sur le chantier. Sur ce point, le mouvement No TAV est clair : juste après les arrestations, la coordination de tous les comités No TAV a déclaré que « les inculpés sont des fils du Val di Susa, le sabotage est un acte de résistance légitime, les terroristes sont ceux qui imposent le TAV. ».

Au regard de la gravité des accusations, le procès s’annonce long et coûteux, tant en terme de dépenses pour les expertises qu’en frais de justice. C’est pourquoi, pour faire face à ces dépenses et au maintien des camarades en prison, un compte courant a été ouvert. Pour ne pas céder aux menaces et aux intimidations, pour continuer à affirmer notre NON au TAV et à tous ceux qui veulent dévaster nos vies et les lieux que nous habitons.

Les camarades de Chiara, Claudio, Niccolò et Mattia.

Destinataire: FRANCESCA CAMICIOTTOLI
IBAN: IT27A0316901600CC0010722513
Données à ajouter pour les dons venant de l’étranger :
BIC: INGDITM1XXX
SWIFT: CIPBITMMXXX

Pour en savoir plus: http://www.notav.info et http://notavliberi.noblogs.org

Appel à dons No Tav (pdf)

Posted in Actions de solidarité, En Italie, Répression | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment

Ces jours-là, ces nuits-là, nous étions tou(te)s présent(e)s !

25 années de mensonges sur le TAV, voilà ce qui se dégage et que le mouvement No Tav dénonce depuis toujours.

Aucune estimation de coûts sérieuse, des financements européens toujours plus incertains, l’absence d’un projet exécutif et d’une d’analyse coûts-bénéfices recevable, mais surtout l’inutilité de ce projet milliardaire confirmée noir sur blanc par experts et techniciens de toute Europe. Que se passe-t-il maintenant ?

Ministres et politiciens intéressés uniquement par la sauvegarde de leur fauteuil et autres chargés du projet répètent comme une litanie “tout est réglementaire, le TAV se fera” et pendant ce temps la mafia remercie et les poches des habituels se remplissent.

Tous ces milliards qu’ils veulent dépenser pour le TAV, ils pourraient l’utiliser pour restaurer les écoles qui s’écroulent, pour mettre en sécurité les territoires, pour soutenir ceux qui sont restés sans revenu et sans maison et qui, malgré tous leurs efforts, n’arrivent pas à la fin du mois.

2014_11_22_appellocorteoCes faits ont toujours été clamés par les No Tav qui depuis toujours luttent pour bloquer ce projet inutile et dévastateur.

Le parquet de Turin, avec les procès au No Tav, tente d’arrêter le mouvement, en créant un précédent avec l’accusation de terrorisme dans l’objectif de voir tous les mouvements sociaux enquêtés avec des hypothèses criminelles.

Le 14 novembre, 9 ans et 6 mois ont été requis contre les No Tav Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo’, en prison depuis le 9 décembre dernier avec l’accusation de terrorisme pour acte de sabotage (l’incendie d’un compresseur) bien que la Cassation de Rome aie déjà exclu que l’on puisse parler de terrorisme. La sentence sera émise en décembre. Trois autres camarades sont en prison pour le même épisode en attente de procès.

Au mois de janvier, tombera également la sentence du maxi-procès contre 53 No Tav pour les faits du 27 juin et 3 juillet 2011, dates historiques de la lutte No Tav. Les procureurs ont demandé en tout presque 200 ans d’emprisonnement et plus de 2 millions d’euros pour dommage à personnes, matériel et à « l’image de l’Etat italien » !

CES JOURS-LA, CES NUITS-LA, NOUS ETIONS TOU(TE)S PRESENT(E)S !

LIBERTE POUR TOU(TE)S LES NO TAV

SAMEDI 22 NOVEMBRE

15h PIAZZA CASTELLO, TURIN

texte publié sur Comité No Tav Paris.

Posted in Actions de solidarité, En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin, Répression | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Un camarade tué au Testet – Appel à manifester contre la violence d’Etat – à Nantes et ailleurs

Un camarade tué au Testet – Appel à manifester contre la violence d’Etat – à Nantes et ailleurs

Rassemblement ce lundi 18h devant la préfecture de Nantes –Rendez-vous dès 15H place du Bouffay pour préparer et informer

- Les rassemblements en France :

  • A Gaillac, dimanche 18h place de la Libération
  • A Paris, dimanche 19h devant la préfecture
  • A Albi, lundi 14h ? 18h ? devant la préfecture
  • A Nantes, lundi 18h devant la préfecture, 15h place du Bouffay pour préparer et informer
  • A Rennes, lundi 18h devant la mairie
  • A Gap, rassemblement ce lundi devant la préfecture à 10h
  • A Brest, lundi 18h Place de la Liberté
  • A Poitiers, lundi 18h30 devant l’hôtel de ville de Poitiers.
  • A Rouen, lundi 18h devant la préfecture
  • A Lyon, lundi 19h devant la préfecture
  • A Marseille, lundi 17h30 au Vieux Port
  • A Forcalquier, lundi 16h devant la préfecture
  • A Périgueux, à 17h30 devant la prefecture
  • A Redon à 18h30 devant la sous-préfecture
  • A Nîmes : Ce soir (lundi 27/10) rassemblement à 18h devant la Préfecture
  • A Briançon 14h sous-préfecture.
  • A Clermont-Ferrand, 19h devant la préfecture
  • A Caen lundi 18h Préfecture.
  • A Saint-Étienne, 18h00 Préfecture
  • A Chambéry 18h Préfecture
  • A St Brieuc 18h à la Préfecture
  • A Millau, ce lundi 18 h devant la sous préfecture
  • A Nîmes, 18h à la préfecture
  • A Montpellier à 14h devant la préfecture
  • A Angers a 18h devant la préfecture
  • A Bruxelle a 18h Lieu : devant l’ambassade de France Adresse : 42 bd du Régent,
  • A Bas-Rhin à18h devant la préfecture
  • A La Roche sur Yon Mardi 28/10 18h place Napoléon

A Paris , hier, il y a eu une manif sauvage.

- Quelques collectifs contre les violences policières  :

  • Urgence, notre police assasine : urgence-notre-police-assassine.fr
  • Vies volées, à toutes les victimes des états policiers : atouteslesvictimes.samizdat.net
  • Résistons ensemble contre les violences policières et sécuritaires : resistons.lautre.net
  • Observatoire des libertés publiques : quefaitlapolice.samizdat.net
  • CARILA : Comité anti-répression issu de la lutte contre l’aéroport (aux alentours de Nantes)

Pendant la nuit de samedi à dimanche un manifestant, Rémi, a été tué au cours des affrontements qui se sont déroulés lors du rassemblement contre le barrage de sivens au Testet. Environ 7000 personnes ont convergé sur la zad du Testet après des mois d’attaques policières, de destruction de la zone humide et des habitats de ceux qui la défendaient. En fin d’après midi puis plus tard dans la nuit, des dizaines de personnes s’en sont pris aux forces de l’ordre qui protégeaient le chantier. Elles souhaitaient ainsi marquer leur colère et retarder la reprise des travaux, initialement prévue pour lundi. Elles ont été repoussées à coups de flashballs, de grenades assourdissantes, de désencerclement et de gaz lacrymogènes. D’après les témoignages des camarades du Testet, la personne décédée se serait écroulée suite à des tirs de grenade puis aurait été emmenée par les forces de l’ordre. La Préfecture affirme ne rien vouloir déclarer à ce sujet avant le résultat public de l’autopsie lundi. Le gouvernement a déjà commencé à stigmatiser les manifestants, et tente de diviser pour noyer le poisson. Mais ils savent bien que, quoi qu’ils fassent, cette mort aura des conséquences explosives.

Ce décès révoltant n’est malheureusement pas suprenant dans ce contexte. A Notre dame des landes, au Testet et partout où nous nous opposons à leurs desseins, nous avons dû faire face au déploiement crû de la violence d’Etat. Si nous avons bien compris de notre coté que nous ne pouvions nous contenter de les regarder docilement détruire nos vies, eux ont démontré qu’ils ne nous feraient aucun cadeau. Pendant les mois d’expulsion de la zad de Notre Dame des Landes, de nombreux camarades ont été blessés gravement par des tirs de flasballs et grenades. Sur la seule manifestation du 22 février 2014 à Nantes, 3 personnes, visées à la tête par des flashballs ont perdu un œil. Depuis des semaines au Testet plusieurs personnes ont été blessées elles aussi et d’autres accidents tragiques ont été évités de justesse lorsque des opposants se sont faits délogés, notamment des cabanes qu’ils avaient construites dans les arbres. Pourtant c’est bien, entre autre, parce que des milliers de personnes se sont opposées physiquement aux travaux, aux expulsions, à l’occupation policière de leurs lieux de vie que le projet d’aéroport de Notre dame des landes est aujourd’hui moribond, et que le barrage du Testet et ceux qui devaient lui succéder sont largement remis en question. C’est cet engagement en acte qui a donné une puissance contagieuse à ces luttes et qui menace partout aujourd’hui l’aménagement marchand du territoire.

Plus quotidiennement la répression s’exerce face à ceux qui luttent dans les prisons, dans les quartiers et dans les centres de rétention et entraîne là aussi son lot de morts trop souvent oubliées, plusieurs dizaines chaque année. Face aux soulèvements et insoumissions, la démocratie libérale montre qu’elle ne tient pas seulement par la domestication minutieuse des individus et des espaces de vie, ou par les dominations économiques et sociales, mais aussi par un usage déterminé de la terreur.

Nous appelons à occuper les rues et lieux de pouvoir partout dès demain, pour marquer notre tristesse, saluer la mémoire du camarade tué ce samedi et pour exprimer notre colère face à la violence d’Etat. Nous ne les laisserons pas nous tuer avec leurs armes dites « non léthales ». Réagissons avec force pour qu’il y ait un avant et un après cette mort. Affirmons plus fort que jamais notre solidarité avec tous ceux qui luttent au Testet et ailleurs contre leurs projets guidés par les logiques de contrôle et de profit, mais aussi avec tous ceux qui tombent plus silencieusement sous les coups de la répression partout ailleurs. Nous ne nous laisserons ni diviser ni paralyser par la peur. Nous continuerons à vivre et lutter sur les espaces qu’ils rêvent d’anéantir, et à leur faire obstacle.

Nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n’oublierons pas !

Des occupant-e-s de la zad de Notre dame des Landes

une seconde manifestation se prépare pour samedi 14h

Plus d’infos zad.nadir.org – nantes.indymedia.org

Texte publié le 26 octobre sur le site de la ZAD

Posted in Actions de solidarité, Ailleurs, autres luttes, En France, Répression | Tagged , , , , , , , , , , , | Leave a comment

PRISONNIER-E-S NO TAV – Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò revendiquent le sabotage du chantier de Chiomonte

Turin – 24 septembre 2014
En attente de plus amples informations, nous apprenons des compagnons présents lors de l’audience du procès contre Chiara, Claudio, Mattia et Niccolò que les quatre, très en forme, la tête haute et souriants, ont revendiqué leur participation au sabotage advenu en mai 2013 sur la chantier du TAV de Chiomonte. En prenant la parole, ils sont partis à l’assaut du château d’accusations et de théorèmes que l’investigation essaye de superposer à une réalité beaucoup plus simple, en rejetant la catégorie de « terrorisme » superposée aux techniques de résistance No TAV, libérant ainsi le champ du langage et de la sémantique de la répression et de la domination.

Sur Macerie, les voix de Mattia, Niccolo, Claudio et Chiara lisant leur déclaration au tribunal. (en italien)

Vive la résistance No TAV !

Ci-dessous, les déclarations lues au procès :

MATTIA:
Je connaissais la Maddalena et la Val Clarea avant que n’y soit implanté le chantier de la grande vitesse. J’ai marché dans ces bois, j’y ai dormi, j’y ai mangé, chanté et dansé. Dans ces lieux, j’ai vécu de précieux fragments de vie aux côtés d’amis qui ne sont plus là aujourd’hui, et que je porte dans le cœur.
Je suis retourné là-bas de nombreuses fois au cours des années.
De jour, de nuit, le matin comme le soir ; en été comme en hiver, en automne et au printemps. J’ai vu cet endroit changer à mesure que le temps passait, les arbres tomber, abattus pas dizaines pour faire de l’espace aux haies d’acier barbelé. J’ai vu le chantier grandir et une partie du bois disparaître, de nombreux phares surgir hors de terre et l’armée arriver pour surveiller un terrain lunaire et désolé, avec les mêmes engins qui patrouillent dans les montagnes afghanes.
Et ainsi, je suis retourné une fois de plus en Val Clarea, pendant cette désormais célèbre nuit de mai.
Beaucoup de choses, trop, ont été écrites et dites sur cette nuit et ce n’est pas à moi, et cela ne m’intéresse d’ailleurs pas, de dire comment ce geste se transcrit dans la grammaire du code pénal.
Ce que je peux dire, c’est que cette nuit-là, j’étais moi aussi présent.
Que je n’aie pas été là dans le but de provoquer la terreur chez d’autres, voire pire, n’importe quelle personne peut le comprendre, pour peu qu’elle soir dotée d’un minimum de bon sens et ayant une idée même lointaine de ce qu’est la nature de la lutte No TAV et du cadre d’éthiques qui se coordonnent à l’intérieur duquel cette même lutte exprime sa résistance depuis plus de vingt ans.
Que j’aie été là pour manifester une fois de plus ma radicale inimitié envers ce chantier et, si possible, en saboter le fonctionnement, je vous le dis moi-même.
Et si nous avons décidé aujourd’hui de prendre la parole avant que ce procès ne s’aventure dans la jungle des expertises et des contre-expertises vocales, c’est tout simplement pour affirmer une vérité simple : ces voix sont les nôtres.
Là-dessus, l’accusation a construit son histoire.
Une histoire selon laquelle des téléphones deviennent les preuves de l’existence d’une chaîne de commandos, voire même d’une planification paramilitaire, mais la vérité – comme cela arrive souvent – est beaucoup plus simple et moins grandiose.
Il existe une devise en Val Susa, qui est entrée depuis des années dans le bagage commun de la lutte NoTAV et en oriente en pratique les actions contre le chantier.
Cette devise est : « Si parte e si torna insieme » [On part ensemble, on revient ensemble]. Ce qui signifie que dans cette lutte, tout bouge ensemble. On part ensemble, et on revient ensemble.
Personne n’est abandonné sur la route. C’est à cela que servaient les téléphones cette nuit-là, c’est à cela que se sont prêtées nos voix.
Parler au lieu de ça de chefs, d’organigrammes, de commandos, de stratèges, signifie vouloir projeter sur cet évènement l’ombre d’un monde qui ne nous appartient pas et pervertir notre propre façon d’être et de concevoir l’agir en commun.
En ce qui me concerne, je laisse aux enthousiastes spéculateurs à grand vitesse le triste privilège de n’avoir aucun scrupule vis-à-vis de la vie des autres, et je leur abandonne aussi le culte de la guerre, du commando et du profit à tout prix.
Nous gardons près de nous les valeurs de la résistance, de la liberté, de l’amitié et du partage, et c’est à partir de ces valeurs que nous chercherons à porter de la force partout là où les conséquences de nos choix nous mèneront.

Mattia.

CLAUDIO:

La nuit du 13 au 14 mai, j’ai pris part au sabotage du chantier de la Maddalena à Chiomonte. Voilà le voile levé sur le mystère. Je ne suis pas surpris du fait que les enquêteurs, dans leur tentative de reconstruire les faits, utilisent des mots tels qu’« assaut, attentat terroriste, groupes paramilitaires, armes létales ». Qui est habitué à vivre et à défendre une société fortement hiérarchisée ne peut comprendre ce qu’il s’est passé ces dernières années en Val di Susa. Pour le décrire, il ne pourra que puiser dans sa culture empreinte de termes belliqueux. Il n’est pas dans mon intention de vous ennuyer avec les raisons pour lesquelles j’ai décidé de m’engager dans la lutte contre le TAV et sur ce que signifie la défense de cette vallée. Je veux simplement souligner que tout ce qui peut avoir un rapport avec la guerre ou les armées me répugne.

Je comprends l’effarement de l’opinion publique et de ses affabulateurs par rapport à la réapparition de cet illustre inconnu, le sabotage, après qu’ils se soient tant démenés pour l’enfouir sous des quintaux de mensonges.
La lutte contre la train à grand vitesse a le mérite d’avoir dépoussiéré cette pratique, d’avoir su choisir quand et comment l’employer, et d’être parvenue à distinguer le juste du légal.
C’est aussi à elle qu’incombe la grande responsabilité de maintenir la foi et les espoirs que de nombreux exploités mettent en elle, et de faire savourer de nouveau le goût savoureux de la libération.

Je me permets de retourner quelques accusations à l’envoyeur. Nous sommes accusés d’avoir agi dans le but de toucher des personnes, ou en tout cas d’être totalement insensibles à leur présence, comme si nous éprouvions un profond mépris envers la vie des autres. S’il y a bien quelqu’un qui démontre un tel mépris, ce sont les les militaires qui exportent la paix et la démocratie aux quatre coins du monde, les mêmes qui président le chantier de la Maddalena avec dévotion et professionnalisme. En ce qui concerne l’accusation de terrorisme, je n’ai pas l’intention de me défendre. La solidarité que nous avons reçue depuis le jour de notre arrestation jusqu’à celui d’aujourd’hui démonte suffisamment bien une incrimination aussi hardie. S’il y avait derrière cette opération la tentative, pas tellement dissimulée, de régler son compte à la lutte NoTAV une bonne fois pour toutes, je dirais que cette tentative a misérablement échoué.

Claudio.

NICCOLO':

Les motifs qui m’ont poussé en Val di Susa à prendre part à cette lutte sont nombreux ; les motifs qui m’ont poussé à rester et à continuer sur cette voie sont bien plus.
Il y a là-dedans un parcours de maturation collective, d’assemblées publiques et privées, de campements et occupations, de confrontations et d’affrontements. Là-dedans, ce qu’il y a, c’est la vie, celle de tous les jours, celle des aubes naissantes et des nuits blanches, de la gorge sèche sur les pentes rocheuses et des repas frugaux, des petits engagements et des grandes émotions.

A travers ce parcours, ceux qui luttent ont appris la précision du langage, à nommer les choses telles qu’elles sont, et non par l’emballage formel sous lesquelles elles se présentent, comme un chantier qui auparavant était un fortin et se transforme maintenant en forteresse. Des mots capables de restituer la portée émotive et l’impact de certains choix de l’adversaire sur nos propres vies, de qui a décider de s’embourber dans cette grande œuvre. Des mots dépoussiérés d’un lexique qui paraissait antique et qui se redécouvrent en fait dans toute leur puissance et leur simplicité par la description de nos propres actions.
Une finesse de langage dont je me rends compte qu’elle n’est pas si répandue que ça dans le monde qui m’entoure, lorsque je lis à propos d’improbables « commandos » qui, selon une certaine reconstruction, reprise entre autres par les journaux, auraient attaqué le chantier la nuit du 13 mai. Un mot ô combien malheureux, non seulement du fait de son appel à l’acte de commander mais aussi pour son allusion au mercenariat, inacceptable, par qui serait capable d’utiliser n’importe quel moyen afin d’atteindre ses fins.
Par qui lutte et a appris à canaliser avec intelligence jusqu’aux passions les plus fortes et impétueuses qui naissaient de tous les coups reçus lorsqu’un ami perdait un œil à cause d’un lacrymogène ou qu’un autre était en fin de vie.

En ce qui me concerne, la Val Clarea m’est amie depuis le moment où, en 2011, nous relancions la terre à mains nues dans les trous creusés par les pelleteuses pendant les agrandissements du chantier.
Je me souviens que d’entre les tentes de ce campement résonnait une chanson, parmi toutes celles qui avaient été inventées pour s’amuser et pour se donner de la force, sur l’air d’un vieux chant partisan. Le premier vers disait « Nous descendrons unis des bois de Giaglione ». Ces dernières années, ces mots ont de nombreuses fois été suivis, repris et relancés, et quelqu’un a décidé de le faire de nouveau cette nuit de mai, avec autant de conviction, et j’en faisais partie. L’une des voix derrière les téléphones est la mienne. Mais se focaliser sur une responsabilité personnelle pour en tisser plus ou moins les éloges n’est pas à même de restituer ce sentiment collectif qui a mûri dans les maisons de tant de familles, en vallée comme en ville, ou dans une discussion et un verre partagé dans un bar, sur les places et dans les rues, dans les moments conviviaux comme dans ceux les plus critiques. Un sentiment qui a su s’exprimer dans l’un des slogans les plus criés après nos arrestations et qui décrit bien ce à quoi appartient réellement ce geste : « dietro a quelle reti c’eravamo tutti » [derrière ces grilles, nous y étions tous]. Un slogan qui nous renvoie directement dans une assemblée populaire tenue à Bussoleno en mai 2013, lors de laquelle le mouvement dans son ensemble saluait et accueillait ce geste, en le nommant de son nom de sabotage.
Et si nous étions tous derrière ces grilles, un bout de chaque personne a su nous soutenir et nous donner de la force derrière ces barreaux. Pour cela, encore ici, quelles que soient les conséquences de nos actions, nous ne serons pas seuls à les affronter.

Niccolò.

CHIARA:

Vous ne trouverez pas dans cette salle les mots pour raconter cette nuit de mai.
Vous utilisez la langue d’une société habituée aux armées, aux conquêtes, aux vexations.
Les attaques militaires et paramilitaires, la violence aveugle, les armes de guerre appartiennent aux États et à leurs émules.

Nous, nous avons lancé notre cœur au-delà de la résignation.
Nous avons jeté un grain de sable dans l’engrenage d’un progrès dont le seul effet est l’incessante destruction de la planète sur laquelle nous vivons.

J’étais présente cette nuit-là, et la voix féminine qui a été interceptée est la mienne.
J’ai traversé une partie de ma vie aux côtés de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui, depuis plus de vingt ans, opposent un non sans appel à une idée qui dévaste le monde. J’en suis fière, et heureuse.

Chiara

Traduit de l’italien depuis Informa-azione (reçu par e-mail).

Posted in Actions de solidarité, En Italie, Répression | Tagged , , , , , , , , , | Leave a comment

[Val de Suse] 1-7 septembre, semaine de lutte No TAV – Appel à la mobilisation – Camping

kgn

Appel à la mobilisation No Tav du 1er au 7 septembre 2014 pour conclure cet été de lutte ensemble.

A tou-te-s celles et ceux qui veulent nous rejoindre, le Kollectif des Jeunes No Tav (KGN) organise l’accueil au camping de Venaus (Val de Suse) du 1er au 5 septembre, puis le weekend du 6 et 7 sont attendus les rugbistes no tav pour un tournoi.

Nombreuses sont les initiatives à construire et les nouvelles idées à mettre en pratique, tous ensemble, parce que dans cette vallée bat un cœur inarrêtable, celui No tav !

A septembre !

Programme (encore en cours de construction)

Lundi 1/09
16h : assemblée d’ouverture du camping étudiant
22h : concert

 Mardi 2/09
10h : Tractage au marché de Susa et initiative de lutte dans la ville.
21h30 : débat « Interception et défense de la vie privée », petites pilules de paranoïa élaborées par Autistici (introduction au mécanisme de mise sur écoute et de protection)

Mercredi 3/06
6h : petit-déjeuner des over 50 au portail de la centrale de Chiomonte
10h30 : assemblée Studaut
13h : déjeuner des étudiants au portail de la Centrale
21h30: DJ set

Jeudi 4/09:
10h30 assemblée des luttes territoriales
21h30 : projection du film « Fermarci è impossibile »
23h : DJ set de Fano No Tav

Vendredi 5/09 :
10h30 : assemblé de bilan du camping étudiant
15h : tournoi
22h : spectacle théâtral par Interezza. Puis dj set musical.

Samedi 6/09
14h-18h : “Rugby pour tou(te)s” – rugby de bas pour enfants et quiconque veuille essayer.
18h30-19h30 : présentation du tournoi de rugby
21h : PROMENADE NOCTURNE AU CHANTIER. Musique au presidio par les amis du rugby.

Dimanche 7/09
9h-14h : tournoi de rugby
14h-17h30 : remise des prix
17h : assemblée de bilan de la semaine de mobilisation

Texte publié sur Comité No Tav Paris.

Voir aussi NoTAV.info.

rugby

Posted in En Italie - Val de Suse & Turin | Tagged , , , , , , , , | Leave a comment

No Tav Terzo Valico, 30 Juillet 2014 : On Résiste aux coups de matraque et aux lacrymogènes

Ne touches pas à notre terre !

Le 30 juillet 2014,

Une magnifique journée de résistance dans la plus pure tradition du mouvement NoTav – Terzo Valico. Toute la journée, des centaines de personnes se sont retrouvés dans les rues d’Arquata, Serravalle et Pozzolo, afin d’empêcher, une fois de plus, l’exécution des expropriations en prélude à la réalisation de la Ligne Grande Vitesse du Terzo Valico. Dès 8h30, on a eu confirmation de ce que l’on suspectait, à savoir que cette journée ne serait pas comme les autres. Policiers et carabinieriavaient d’ors et déjà fermé la départementale entre Serravalle et Arquata, et des blindés sortent une centaine de policiers en mode anti-émeute. Mais les NoTav – Terzo Valico ne se sont pas laissés surprendre : ils ont réalisé une chaîne humaine pour protéger le terrain que le COCIV (Ndt : consortium chargé par l’Etat italien de réaliser le projet de ligne) voulait exproprier. Policiers et carabinieri ont bien essayé de repousser à l’aide de leurs boucliers les citoyens pacifistes, qui ont cependant résisté à la pression exercée par les forces de l’ordre.

C’est à ce moment que débute la farce. Le petit exécutant chargé des expropriations commence à photographier les terrains expropriables pour réaliser les derniers actes officiels permettant le début des travaux. Mais ce mode opératoire, déjà utilisé en juillet 2012 pour des expropriations similaires, ne serait pas reconnu valide aujourd’hui, à distance de 2 ans. Puis les forces de l’ordre se sont retirées et les NoTav – Terzo Valico se sont rendus dans les terrains de la rue Moriassi entre Serravalle et Arquata où il était prévu d’autres expropriations. 20 minutes plus tard, la vague de casques bleus trouvait sur ce même chemin des barricades, que les policiers ont du déplacer. A ce moment, les uns et les autres se retrouvaient de nouveau face à face, et les premiers affrontements commencèrent, avec charge de la police, coups de matraque et tirs de lacrimogène au gaz C.S. – interdit par les conventions internationales de guerre mais utilisé par la police italienne pour le “maintien de l’ordre public”. Après la première charge, les NoTav – Terzo Valico se sont regroupés tout en continuant à empêcher l’accès au terrain à exproprier. Tirs de lacrymogène et charges se sont poursuivis pour disperser les militants mais la police et le COCIV n’ont pas réussi à atteindre leur but. Mêmes photos prises à distance et ils ont déguerpi. Un scenario identique s’est déroulé à Moriassi, à l’entrée de la route pour Radimero, et à Crenna. La police a, là aussi, chargé, et s’en est pris à coups de matraque aux NoTav – Terzo Valico.

La seule expropriation qu’ils ont réussi à réaliser, selon les procédures légales, a été celle prévue à Pozzolo. Les forces de l’ordre y ont bloqué la route départementale, empêchant les militants de parvenir aux terrains expropriables.

Beaucoup de militants ont par ailleurs pris des coups dans les bois de Moriassi : quelqu’un a été blessé à la tête par un coup de matraque, et beaucoup s’en sortent avec des contusions (cf. Photos et videos disponibles ci-dessous et sur ce lien). Ce sont les ambulances du 118 qui les ont secourus. A l’exception de Tino, militant du comité de Pozzolo de longue date, qui a du aller aux urgences, après qu’un policier ait essayé, sans y parvenir, de lui casser le bras. Une scène qui illustre une police totalement “hors contrôle” à laquelle le mouvement NoTav – Terzo Valico s’est malheureusement habitué, depuis la marche populaire du 5 avril 2014 à Arquata.

Ce même jour eut lieu l’assemblée du mouvement à Crenna, et a été décidé pour le lendemain matin une conférence de presse au local NoTav de Novi. Retraite aux flambeaux dimanche 3 aout à Arquata pour nous exprimer sur les violences subies et pour montrer la détermination contre la réalisation de la ligne. Le rendez-vous est à 20h30 sur la place Santo Bertelli et nous nous promènerons pacifiquement dans les rues du village.

Au même moment, des NoTav de la Val Susa ont fermé les grilles du chantier de Chiomonte ; des Anonymous annonçaient avoir planté le site internet du COCIV sur le Terzo Valico.

La journée s’est donc conclue avec la conscience d’avoir écrit une nouvelle page de résistance à la construction du Terzo Valico et avec la satisfaction d’avoir à nouveau empêché la réalisation de presque toutes les expropriations prévues. Le mouvement continue la lutte populaire contre la construction du Terzo Valico, et comme cette journée de résistance le montre, il le fait chaque jour avec plus de détermination et de conviction.

Rendez-vous dimanche soir à Arquata.

Traduit de l’Italien depuis notavterzovalico.info. par ComitéNoTavParis.

btx0lqliiaappa8-jpglargebtx7yntiaaaytnubtxh8bpiqaa0401btxquz9iyaa_lxobtxrhd7imaax0yvbtxrlryiuaaydwtbtxz3yhiyaacaoq-jpglargefoto

Posted in En Italie - Gênes & Sud Piémont | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Bilan du camping itinérant No TAV de l’été 2014

marcia popolar e26 luglio_2Nous nous sommes remis en marche. Non seulement parce que nous avons traversé la vallée depuis Avigliano jusqu’à Chiomonte, mais également car nous avons recommencé, valsusin*s et non, à nous rencontrer et à réactiver les diverses pratiques de notre lutte : les repas et les moments de convivialité, les assemblées et les initiatives.

Nous avons bloqué le TGV en solidarité avec les 3 cheminots morts à Gela. Nous avons bloqué les activités des entreprises collaborationnistes (Toro, Lazzaro, Martina pour la précision), nous avons réveillé les troupes d’occupation logées à l’hôtel Napoléon de Suse, nous avons bloqué l’autoroute simultanément au réexamen des chefs d’accusation de Graziano, Lucio et Francesco, les trois notav arrêtés pour la même action contre le chantier de Chiara, Mattia, Niccolò et Claudio.

Nous avons écouté les paroles de Gaza bombardée, en étreignant dans une embrassade idéale le peuple palestinien. Nous avons parlé, lors de l’assemblée populaire de Bussoleno, dans la rue, dans les rencontres et débats au camping, de luttes territoriales, de rendez-vous internationaux de lutte, de transports nucléaires, de résistance à la guerre, de prison et de solidarité, d’histoire de la répression et du sabotage. Avec nous, ont parlé, grâce à leurs contributions écrites les camarades incarcérés.

Nous avons parcourus à nouveau de jour et de nuit, les sentiers de la Clarea, parce qu’ils sont à nous, à ceux qui les aime et qui les défendent. Nous avons réussi à nouveau à perturber les Mécanismes du TAV qui se croit invincible. Chacun avec sa contribution, sans accepter interdictions et zones rouges, nous sommes partis et revenus tous ensemble.

De villages en villages, nous nous sommes sentis cajolés par les comités qui nous ont préparé nourriture et accueil. Nous avons inauguré avec émotion le nouveau presidio de Suse dédié à Sole et Baleno.

Tous et toutes sont venus en Valsuse pour lutter, prêts à se réveiller à l’aube et à marcher sous la pluie.

Quelques aspects devront sans doute être améliorés dans le futur : à la fois au regard de la communication (nous sommes désormais un mouvement qui parle bien des langues), et au regard de l’organisation. Nous envisageons ces 10 jours comme un banc d’essai pour améliorer les prochaines initiatives de luttes.

Unis et différents, des jeunes aux « diversement jeunes », nous nous sommes mis à nouveau en marche, parce que nous ne connaissons pas la résignation. Quelqu’un grâce à un feu de bois oblige les troupes d’occupation à garder un pont pendant une nuit entière. Une preuve contre les déclarations ridicules et alarmantes des messieurs de la Tav, une preuve qui nous parle d’une certaine façon d’être ensemble, qu’eux ne réussiront jamais à comprendre, trop loin de leurs tristes instances de pouvoir.

Quelqu’un grimpe sur les sentiers, quelqu’un d’autre reste plus bas sur la route et te sourit au retour des bois. Unis et différents. C’est notre force.

Avec Pasquale, Raul et Guccio dans nos cœurs.

Merci à toutes et tous.

Camping itinérant, été 2014

Lundi 4 août, à 21h, au presidio de Venaus, se tiendra la réunion pour préparer les prochaines initiatives de août et septembre, entre autre un nouveau camping de lutte fin août/début septembre.

texte publié sur Comitè No TAV Paris

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin, Textes & Analyses | Tagged , , , | Leave a comment

Le Peuple No TAV est à nouveau en marche

La marche populaire de ce samedi 26 juillet a regroupé un millier de personnes qui ont traversé, à nouveau et comme annoncé, les lieux historiques de la résistance notav.

L’humeur est bonne et l’envie de parcourir ces sentiers bien connus est très forte. Tandis que la presque totalité de la marche décide de passer par les bois pour contourner les terres occupés par le chantier et rejoindre de l’autre côté Chiomonte, où s’est tenu en partie le camping notav ces dernières années, une centaine de notav menés par le groupe des déterminés No Tav Over 50 (le groupe des « plus de 50 ans ») décide de dépasser les grilles qui devraient bloquer l’accès au chantier. Ce barrage de la police n’intimide pas les notav, ils se glissent entre les barrières un par un et se couchent devant malgré un nombre non négligeant de policiers. Ces derniers, bien que gênés, décident de ne pas intervenir. Ainsi pendant que la marche avance vers Chiomonte, le groupe des over 50 récupère minute après minute de précieux mètres de terrains vers le pont de la Clarea.

Entre temps, le gros de la marche a rejoint Giaglione, dernière étape du camping itinérant de cet été, où a été organisé un concert. Quelques centaines de personnes sont donc restés à Chiomonte pour la soirée pleine de musique et d’excellente nourriture. Ceux-ci sont restés en liaison avec le groupe Over 50 en Clarea et à la nouvelle de l’arrestation de Turi, du fait de l’endommagement de certains câbles servant à l’illumination du chantier, ils ont commencé une battitura sur la grille du chantier. Le personnel de garde du chantier, plutôt dégarni et donc nerveux, ont sorti le canon à eau, arrosant abondamment les notav, avant de lancer une douzaine de lacrymogènes, certaines atteignant l’aire du camping. Le concert a repris par la suite.

De l’autre côté du chantier, le groupe des Over 50 a annoncé en fin d’après-midi qu’ils se sont bien installés en Clarea, juste devant le pont gardé par la police, et qu’ils ont l’intention d’y passer la nuit. Ils invitent tout le monde à passer faire un salut et si possible amené un peu de nourriture, de café et l’immanquable tome. Une quarantaine de personne ont ainsi veillé face à la police toute la nuit. Ils sont partis peu à peu dans la matinée.

Cette marche, en somme, balaye toutes les insultes servies par le président (nouvel élu) de la Région, aux côtés de tous les autres politicards ultra payés et assoiffés de notoriété, et donne encore une fois la vraie image du mouvement notav : un peuple toujours en marche pour défendre son futur.

La journée d’aujourd’hui a également permis de rendre un hommage à Guccio qui continue à vivre dans nos cœurs. Une plaque a été posée le long du sentier, dédiée à Guccio et à son amour pour la vallée. Des chants et applaudissements ont accompagné ce moment émotionnant.

Enfin, en dernier lieu, mais non moins important, aujourd’hui, de nombreux drapeaux palestiniens ont défilé aux côtés des drapeaux No Tav. Ceci comme préannoncé lors de la dernière assemblée populaire à Bussoleno, lors de laquelle il a été décidé de soutenir l’appel à la mobilisation internationale pour le peuple de Gaza prévu aujourd’hui.

Traduit et adapté de notav.info par Comité No TAV Paris.

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin | Tagged , | Leave a comment

Marche nocturne du 24 juillet au Val de Suse

Nous l’avions dit et nous l’avons fait, encore une fois le mouvement No Tav s’est repris les lieux historiques de sa propre lutte, défiant les interdictions et les dispositifs policiers du chantier-forteresse. Depuis notre vallée nous lançons un signal clair à celles et ceux qui malgré tout continue à croire que ce projet inutile et dangereux se fera un jour.

Quelques centaines de notav ont participé à la marche nocturne organisée dans la soirée du jeudi 24 juillet. Chaussures de montagne, pile, eau, malox et une grande envie de reprendre ces territoires interdits d’accès aux alentours du chantier de la Tav en Val Clarea. Vers 22h30 la marche se sépare : une partie des manifestants remonte la montagne par les sentiers, tandis qu’une autre se dirige vers le chantier et trouve le pont de la Clarea bloqué par la police. Les slogans et chants résonnent alors depuis le pont. Pendant ce temps un canon à eau et des renforts policiers se positionnent sur l’autoroute qui surplombe le chantier, pour l’instant encore ouverte au trafic. Après une trentaine de minutes les manifestants s’éloignent du pont et rejoignent un autre groupe resté aux abords de l’autoroute. Ensemble, ils entament une battitura sur la rambarde de sécurité de la sortie de l’autoroute. Puis le silence retombe sur la clarea, et les manifestants rebroussent chemin pour se positionner derrière des barricades construites par quelques lutins des bois afin de protéger le retour des notav d’une éventuelle avancée de la police. Pendant ce temps les manifestants sur les sentiers continuent leur marche et s’approchent du chantier malgré l’obscurité et les obstacles sur le chemin. Vers 00.30 les premiers feux d’artifices résonnent sur le chantier. Le bruit des tirs de gaz lacrymogène d’un côté et de feux d’artifices de l’autre se succèdent, l’odeur de gaz remonte jusqu’au sentier qui mène à Giaglione. La police ferme l’accès à l’autoroute, on apprendra plus tard que d’autres lutins des bois ont bloqué l’autoroute simultanément à l’attaque sur le chantier. Vers 1.00 les feux sont lancés de divers endroits autour du chantier, les coups résonnent sur toute la Val Clarea. Cette nuit on ne dort pas ! Entre 2h et 3h du matin, les notav rentrent tous ensemble, fatigués mais heureux.

texte publié sur Comité No Tav Paris

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin | Tagged , , , | Leave a comment

Eté NoTav 2014 : la Valsuse en marche contre le Tav

35x50marcianotav

La Valsuse en marche contre le Tav. La Valsuse contre toutes les nocivités.

En 2006, le mouvement No Tav organisa une marche de la Valsuse à Rome durant laquelle il rencontra diverses luttes de défense des territoires et de nombreux amis et soutiens présents dans toute l’Italie.

Aujourd’hui le mouvement No Tav de la Valsuse appelle tous ces luttes, tous ces amis et soutiens à participer à une marche en Valsuse.

Etapes de la marche : Avigliana, Vaie, San Didero, Bussoleno, San Giuliano di Susa, Venaus, Chiomonte.

Promenade à basse vitesse pour dire non aux grands projets inutiles, dangereux, imposés aux populations qui sont cause de dévastions de nos vallées et de gâchis d’argent public.

Promenade contre le contrôle et la militarisation du territoire, pour refuser l’attaque répressive contre le mouvement No Tav.

Pour répéter que nous voulons Chiara, Mattia, Nicco, Claudio, Forgi et Paolo libres avec nous.

Pour informer et s’informer, pour participer et partager.

Pour soutenir la Résistance No Tav … parce qu’ensemble on peut battre le projet du Tav … parce qu’ensemble on gagnera.

Rendez-vous le 17 juillet à Avigliana à partir de 15h au VisRabbia pour l’organisation des participants et coordination des tentes et/ou camper.

A 18h, fête d’ouverture du camping itinérant “La Valsuse en marche contre le Tav” à Place du Peuple. Info kiosques, expositions photos, nourriture et interventions. Concert avec Alessio Lega et Ice Eyes Band. (Suite du programme)

Ne délègues pas – Participes.

Le mouvement No Tav.

Texte traduit par comité No TAV Paris.

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Été NO TAV 2014 – Programme

Du 11 au 13 juillet : rencontre entre mouvements européens contre l’austérité et la précarité pour relancer une opposition sociale à la crise.

A la suite de l’annulation du  sommet européen du 11 juillet, 3 jours de discussions, confrontations et initiatives sont organisées au presidio de Venaus. Communiqué de l’assemblée plénière du 13 juillet 2014 en anglais.

Samedi 12 juillet – 20h – marche au chantier de la Clarea.

******

Du 17 au 27 juillet : Camping itinérant depuis Avigliana jusqu’à Chiomonte : la Valsuse en marche contre le Tav.

Jeudi 17 : Avigliana

15h: installation des tentes et camper dans les environs du VisRabbia.

18h : place del Popolo – info kiosque avancement des travaux, situations prisonniers, présentation de la marche.

Vendredi 18 : Avigliana-Vaie

9h : départ de la marche d’Avigliana – pause à Sant’Ambrogio et rencontre avec le comité local et l’administration communale – arrivée à Vaie..

18h : discussion “Histoire du presidio et perspective de lutte”.

21h : projection du film de Fluvio Grimaldi “Fronte Italia Partigiani del 200, dai No Tav ai No Muos, tutti i NO  della resistenza in giro per l’Italia” (Front Italie Résistants du 2000, des No Tav aux No Muos, tous les NON de la résistance en Italie).

Samedi 19 : Vaie-San Didero

9h : départ de Vaie – arrivée à Sant’Antonino avec tractage et info kiosque au marché.

Déjeuner à Villarfocchiardo offert par le comité local et rencontre avec l’administration communale.

Arrivée à San Didero – Dîner organisé par No tav Trento.

21h : discussion et rencontre avec diverses luttes territoriales No tav Trento, No Tav Terzo Valico,  No Tav Trieste et Caorso, No Tav Florence, No Muos,  La Zad, No F35 …

Dimanche 20 : San Didero-Borgone di Susa

9h : laboratoire itinérant avec l’Ostile.

Déjeuné organisé par le presidio de San Didero.

15h : promenade jusqu’au “Maometto” de Borgone, histoire du lieu et légendes.

Apéritif musical avec Filippo Sottile.

21h30 : discussion “Le presidio se raconte et rencontre les participants de la marche”.

24h : retour pour la nuit au presidio.

Lundi 21 : San Didero-Bussoleno

9h : départ

Déjeuner autogéré avec invitation aux habitants de la vallée d’amener des plats à partager.

Installation à Bussoleno dans le terrain derrière le centre polyvalent.

Expo photo et info kiosque.

18h : spectacle théâtrale “Vincenzina Franti operaia punk ” (Vinecnzina Franti ouvrière punk) place del Mulin avec ugo et Fra’Diavolo. La pièce retrace le parcours des luttes ouvrières en Italie de la seconde guerre mondiale à nos jours.En contemporain une délégation rencontrera l’administration communale.

Dîner organisé par les No tav de Bussoleno.

21h : assemblée populaire au centre polyvalent avec lancement de la marche populaire le 26 juillet au départ de Giaglione.

Mardi 22 : Bussoleno-Susa

9h : départ vers Foresto et l’aire Isolabella

10h30 : Point information sur les terrains concernés par le tracé de la ligne TGV par les techniciens  Giunti Luca e Cavargna Mario. A la suite, bref conseil communal lors duquel sera débattu l’opposition au projet.

12h : déjeuné organisé par le comité No Tav Foresto.

Arrivée au presidio di San Giuliano de Susa.

19h : dîner au presidio “Lupi delle Alpi” organisé par le comité No Tav Susa-Mompantero

Soirée place 4 novembre avec info kiosque, exposition photos et intervention.

21h30 : spectacle théâtrale de et sur la prison “Antigone tra le mure” (Antigone derrière les murs).

22.30 : Chants populaires par “Anonima Coristi”

Mercredi 23 : Susa-Venaus

9h : départ pour Venaus – sur le parcours initiatives de luttes contres les entreprises et les troupes d’occupations.

12h : arrivé au presidio de Venaus

Déjeuner autogéré avec invitation aux habitants de la vallée d’amener des plats à partager.

Atelier itinérant de sérigraphie l’ Ostile. Promenade aux cascades et environs.

20 h : pizza

21h30 : présentation de la revue “Il compressore” (Le Compresseur).

Jeudi 24 : Venaus

9h : départ vers la Clarea et nettoyage des sentiers.

Installation au presidio de la Val Clarea pour les plus sportifs, le camp de base à Venaus sera maintenu.

18 h : discussion autour des transports nucléaires.

20h30 : dîner autogéré

22 h : soirée musicale au presidio de Venaus

Vendredi 25 : Venaus

9h : verification des sentiers et de l’avancement des travaux au presidio de Gravella à Chiomonte en préparation de la marche populaire de dimanche 26 juillet.

20h30 : dîner organisé par Comité Torino e Cintura e Ciriè Valli di Lanzo

22h : discussion à Venaus “Vers la journée de lutte contre la BCE à Francfort, rencontre entre les expériences de lutte contre l’aéroport de Notre Dame des Landes et la révolte de can Vies à Barcellone”.

Samedi 26 : Venaus

14 H : MARCHE POPULAIRE GIAGLIONE/CHIOMONTE

A la fin de la marche : fête au presidio de Gravella à Chiomonte avec musique, cirque, “battiture”, et “panzerotti magiques cuisinés par  la cantine les “Fournaux en lutte “. Amener instruments musicaux, nourriture, boisson…

Dimanche 27 : Venaus

9h : PANICO “marcatino da paura”. Marché avec présence des producteurs de la vallée qui lutte pour  une libre élaboration des produits agricoles. laboratoire itinérant de sérigraphie “Ostile”

16 h : assemblée de clôture, bilan et proposition pour août et pour l’automne.

Information pratiques : certains repas seront organisés par les comités locaux, d’autre non. Nous invitons tout le monde à amner le nécessaire pour manger et de la nourriture à partager. Nous conseillons de laisser à la maison nos amis à 4 pattes.

Movimento No Tav

pieghevolefronteretro1-page-002-1024x723

 pieghevolefronteretro1-page-001-1024x723

texte traduit par comité No TAV Paris

 

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin | Tagged , , , , , , | 1 Comment

6-12 août 2014 : Camping international antimilitariste de Niscemi (Sicile)

 

*Appel pour le camping international antimilitariste de Niscemi*

manifes-250x187Ils nous appellent « violents » lorsque nous nous opposons à la construction d’antennes et paraboles servant à tuer, bombarder et coordonner tous leurs avions, navires, drones, hélicoptères, machines de mort et de destruction.

Ils nous accusent de ravage et de sabotage alors qu’ils ont déboisé 150 hectares de la Sughereta (forêt de liège la plus belle de Sicile) pour ériger leur base de mort, pollué mers et fleuves pour la compagnie pétrolière de Gela (à 10 km de Niscemi) en justifiant qu’il s’agit de l’unique modèle de vie.

Ils parlent de défense de la liberté pour justifier les vols à main armée qu’ils opèrent su toute la planète et ensuite enferment les esprits libres et sincères dans leurs horribles prisons.

Ils parlent de légalité et piétinent les lois les plus élémentaires de la nature et de la cohabitation, les plus profondes lois universelles de la compassion, de la vérité et de la tolérance.

Leur parole est pleine de mensonges mais résonne fortement sur toute la planète grâce à l’arrogance des puissants et de leur moyens de communication. La nôtre est ignorée, étouffée, piétinée, emprisonnée.

Du 6 au 12 août, laissons place à la parole véridique au camping de Niscemi!

Agissons activement pour la démilitarisation de la Sughereta et de notre Terre!

Arrêtons le « MUOS-tro » de la guerre globale!

Venez même plus tôt, c’est encore mieux…

Vous pourrez vous arrêter à Niscemi ou à Messina. Venez avec une tente et équipés pour rester même après le 12.

Salutations internationalistes

Salutations solidaires au mouvement No TAV et à tous les mouvements en route pour la liberté, la terre et la justice

Unissons-nous toutes et tous en Sicile pour un été de libération !!

NoMUOS.info

 

Posted in Ailleurs, autres luttes, En Italie | Tagged , , , , , | Leave a comment

Nouvelles arrestations No Tav à Milan et Lecce

Le 11 juillet vers 5h30, la police italienne a perquisitionné, armes à la main, diverses habitations et a effectué 3 nouvelles arrestations pour l’attaque nocturne au chantier entre le 13 et le 14 mai 2013, le même épisode pour lequel sont déjà en prison depuis le 9 décembre Chiara, Niccolò, Mattia et Claudio.

A la suite de la sentence de la cour de cassation de Rome qui n’a pas validé l’accusation de terrorisme montée par le parquet de Turin, il semblerait que les chefs d’accusation soient différents cette fois : fabrication et port d’armes de guerre et engins explosifs, dégradations, incendies et violences volontaires aggravées envers officier de la force publique.

Les auteurs de ces mesures répressives sont toujours les mêmes, les pm Padalino et Rinaudo qui cherchent à reprendre leur croisade contre les No Tav après que la cour de cassation de Rome ait invalidé la thèse du terrorisme.

Ajournements à venir.

Adresses pour écrire aux camarades arrêtés :

Mazzarelli Graziano

casa circondariale
via Paolo Perrone 4
Borgo S.Nicola
73100 Lecce

Alberti Lucio
Sala Francesco

casa circondariale San Vittore
piazza Filangeri 2
20123 Milano

Posted in En Italie, En Italie - Val de Suse & Turin, Répression | Tagged , , , , , , | Leave a comment

L’État italien mobilise l’antiterrorisme pour s’attaquer au mouvement No TAV

No-TAV appel procès .cleanedtélécharger le texte entier en pdf

Posted in En Italie, Répression, Textes & Analyses | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Solidarité No-TAV : tag sur le consulat d’Italie à Lyon

“Jeudi matin, un tag imposant, ainsi que de l’huile renversée, ont été découverts sur la façade du consulat d’Italie rue du Commandant-Faurax dans le 6e arrondissement lyonnais.

L’inscription « No TAV Liberi » fait référence au procès d’opposants du projet de TGV Lyon-Turin qui se tient actuellement en Italie.
D’autres actions similaires ont été constatées à Grenoble et Chambéry.”
[—]
Source : Le Progrès

Ce jeudi 22 Mai s’ouvre à Turin le procès de Chiara, Claudio, Mattia et Niccolo, accusés d’avoir participé, il y a un an, à une attaque nocturne du chantier de la ligne TGV devant relier Lyon à Turin. 
Pour plus d’information, lire : Procès No-Tav à Turin : appel à défaire l’anti-terrorisme

consultat-italie-tagLe consulat d’Italie à Lyon (source : lyonmag )

le-dlLe consulat d’Italie à Grenoble (source : ledauphine)

Publié sur Rebellyon.info.

Posted in Actions de solidarité, En France, En France - Rhône-Alpes | Tagged , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment